AU SUJET DE DAMIÁN RUIZ
Damián Ruiz
  • Directeur de l’IPITIA  (Institut Psychologique International de Barcelone)
  • Professeur du master en psychologie analytique à l’Institut Jung et à l’UAB
  • Il a été professeur associé au Département de la Personnalité de la Faculté de Psychologie de l’UB
  • Auteur de deux livres sur la psychologie : « Comment arrêter, ou faire qu’on laisse, la cocaïne ». (Ed.Áltera) et « Libérer le singe, sauver la princesse » (Ed.Oriocc), de plusieurs ouvrages littéraires ainsi que de dizaines d’articles dans différents médias de communication.
  • Il a traité des patients au niveau international, des personnes de différentes parties du monde qui sont venues consulter à son bureau de Barcelone pour effectuer un travail thérapeutique intensif, en particulier des cas graves qui ont été supposés être chroniques ou insolubles par leur entourage médico-psychologique.

Je suis né à Barcelone, en novembre 1964, dans le quartier de San Antonio. J’ai obtenu mon diplôme de Psychologie à l’Université de Barcelone, où j’ai ensuite suivi une maîtrise, et été professeur associé (merci au Dr Mercedes Torres pour l’opportunité et le soutien). J’ai ensuite commencé ma formation d’Analyste Jungien, qui comprenait un Master en Psychologie Analytique à l’Université Ramon LLull de Barcelone. Je suis actuellement membre de l’Institut Carl G. Jung à Barcelone et de l’IAAP (International Association for Analytical Psychology). 

Lorsque j’étais étudiant, j’ai lu « L’origine des psychoses » de Jung et j’ai été tellement impressionné que j’ai décidé de suivre cette ligne théorique jusqu’à ce que je devienne analyste.

J’aime écrire des pièces de théâtre (certaines de mes pièces ont été jouées par des professionnels), la photographie, l’art contemporain, le cinéma et les comédies musicales, surtout les classiques. Je pratique la boxe, peu mais je le fais. Je suis pescétarien (ovo-lacto-végétarien plus poisson), entre autres raisons pour une question d’éthique envers les animaux. 

Je crois à la liberté économique, à l’égalité des chances, à un pays doté d’institutions fortes et à la justice sociale. Je suis préoccupé par la pauvreté et la discrimination à l’égard des personnes, quelle qu’en soit la raison.

Paris et New York sont mes villes préférées, mais j’admire profondément la culture et la société britanniques.

Je défends l’individu (c’est pourquoi j’écris ce paragraphe) et sa capacité à créer sa propre vie et à travailler sur son destin, ainsi que son appartenance à des communautés où il se sent libre et respecté, qu’il s’agisse de sa famille ou d’autres personnes de son choix.

Mais avant tout, je suis passionné par l’idée d’aider les gens à sortir de leur souffrance psychologique et émotionnelle, et je crois que ma capacité d’engagement et d’implication est considérable. Je ne juge pas les vies ou les idées, qui peuvent être complètement opposées aux miennes, et je ne les mets en question que si elles créent une douleur ou un déséquilibre à la fois pour la même personne et pour les autres.

Je suis un croyant non pratiquant et, bien qu’il soit difficile de justifier l’idée de Dieu, j’ai une foi suffisamment forte pour ne l’avoir remis en question en aucune circonstance mais, évidemment, je n’essaie jamais d’en convaincre qui que ce soit.

Je suis bilingue espagnol-catalan, et je parle français et anglais.

Contact

1 Partages
Partagez1
Tweetez
Partagez