Une des choses que j’ai appris très tôt en tant que psychologue, c’est la classification d’un patient à travers une étiquette de diagnostic qui peut servir à nous orienter au début du traitement, mais qui sera difficile pour l’aider à surmonter un trouble si nous restons avec les budgets statistiques qu’on nous fixe pour ce problème.

Par conséquent, au-delà du diagnostic, chaque personne représente tout un univers de complexité conscient et inconscient, où l’histoire individuelle à partir du moment où il a été conçu est liée avec la phylogénétique, l’origine ancestrale, les expériences vécues et “l’essence” avec laquelle il est entré dans ce monde.

Travailler avec une personne nécessite de mettre de côté la catégorie pathologique à laquelle il appartient, pour pouvoir pénétrer intellectuellement, émotionnellement et intuitivement dans son être pour atteindre les clés de sa souffrance.

Évidemment ce n’est pas toujours possible de guérir un trouble mental, mais la plupart du temps le “système” le prévoit et le détermine.

Alors, quand je fais face à un nouveau cas, à une nouvelle personne souffrante, -et qui a connu plusieurs “éminences de la psychiatrie » sans aucun résultat à part un traitement chronique et certains modes de vie établis par leurs psychologues utilisant le slogan « vous n’allez pas guérir, donc vous devrez prendre ces pilules durant toute votre vie et nous allons vous apprendre comment vivre avec, afin que vous ne soyez pas trop perturbé » – la première chose que je fais c’est d’essayer d’être honnête avec les possibilités réelles de récupération pour ne pas susciter de faux espoirs, mais aussi en pariant clairement sur la guérison totale si je pense que cela est possible.

Plus de vingt ans d’expérience thérapeutique, en traitant des troubles de toutes sortes, m’ont démontré la capacité des êtres humains à surmonter les problèmes apparemment insurmontables. Et après avoir donné les éléments fondamentaux qui expliquent la logique du cas, on peut commencer à déplacer les pièces jusqu’à une guérison psychique ou une nette et substantielle amélioration.

Quel est le secret de la possibilité de guérison?

Sympathiser, conclure en travaillant avec différentes possibilités et perspectives, ne pas établir des limites intellectuelles ou des préjugés, ressentir de l’affection, une certaine audace, la confiance dans la plasticité du cerveau et ne pas attribuer des succès thérapeutiques mais, au contraire, se sentir un instrument au service de la récupération, de la stabilité mentale et de la paix intérieur du patient.

Les dépressions graves et chroniques, les troubles obsessionnels, les personnalités schizoïdes, la forte anxiété, les pensées suicidaires, le manque de sens dans la vie, les états paranoïdes, certains degrés d’autisme, certains états psychotiques, la douleur émotionnelle profonde, etc. Des cas dans lesquels un membre de sa famille ou toute sa famille est sur le point d’abandonner. Voici sur quoi je travaille dans mon cabinet à Barcelone ou dans des cas particuliers chez le patient, partout dans le monde.

Parfois, un point de radicalité, d’excentricité intellectuelle et de logique détective pour sortir des paramètres établis sont nécessaires, quand on ne trouve aucune solution à un problème particulier, grave et chronique, en plus d’une certaine capacité psychologiquement « chirurgicale » dans la mise en place d’une telle solution.
Voilà ce que je tente de faire et d’expliquer à ceux qui veulent m’écouter.

Damián Ruiz
Psychologue (COPC)
Analyste Jungien (IAAP)
Barcelone