PSYCHOTHÉRAPIE

Qu’est-ce qu’un trouble psychologique grave ou chronique ?

 

Lorsqu’une personne suit un traitement psychologique ou psychiatrique depuis des années, ou a essayé toutes sortes de thérapies, ou est fortement médicamentée, et présente un niveau élevé de détresse émotionnelle ou psychologique, ou un niveau élevé d’incapacité à mener une vie plus ou moins normale, on peut dire qu’il s’agit d’un trouble psychologique grave ou chronique.

Mais il faut distinguer deux types, ceux qui sont déjà devenus structurels, comme c’est le cas pour de nombreuses schizophrénies, et ceux qui ne peuvent pas nécessairement s’expliquer par d’autres raisons, par exemple les grandes dépressions prolongées dans le temps.

Dans le premier cas, il est toujours possible de faire quelque chose mais, honnêtement, l’intervention est complexe et il est très difficile de garantir des résultats. Et lorsque nous ne parlons pas du spectre psychotique dans ses états les plus extrêmes ou aigus, dans le reste des problèmes, il est possible, dans certains cas, de faire des interventions qui peuvent devenir positives dans la vie du patient, surtout si celui-ci est jeune.

Parfois les éléments sous-jacents restent à découvrir, ou les liens établis avec le patient ne sont pas assez forts pour lui permettre de se prendre en main et de commencer à s’améliorer.

Quelque fois on accorde plus d’attention au diagnostic, à l’étiquette, qu’à la personne, et le patient peut se sentir impuissant parce qu’il ne s’est pas vraiment « connecté » avec lui ou elle jusqu’à ce qu’il ait atteint la clé qui génère le tournant du problème.

Mon expérience avec des patients nationaux et internationaux de différents niveaux de gravité me permet de déterminer, relativement rapidement, les possibilités que j’ai, en tant que psychologue, pour aider la personne qui me consulte.

C’est pour cela qu’il est préférable de s’informer sur le cas et les possibilités de surmonter le problème, sans aucun engagement.

Modalités de la thérapie

 

La thérapie que j’applique est un modèle intégratif entre l’analytique (approfondissement dans l’histoire et la psyché du patient) et l’expérientiel (menant à un réel changement dans la vie), c’est-à-dire que la première chose essentielle est de connaître la vraie personnalité du patient et les circonstances vécues pour commencer à travailler avec l’intention de défaire les éléments négatifs qui l’oppriment ainsi que de développer les éléments positifs qui sont en latence mais n’ont pas été activés. 

Les thérapies ont une durée moyenne comprise entre six mois et deux ans, avec une fréquence hebdomadaire ou bimensuelle.

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez