Quand je parle de “qu’est-ce que les autres diront ? » je veux dire la crainte que nos actions, sentiments ou expressions verbales soient contestés par un soi-disant environnement qui exerce un jugement sur nous-même.

Mais regardons cette idée, comme ces millions de personnes piégées dans le monde, en particulier dans les sociétés et les communautés très conservatrices.
La première question que nous devrions nous poser c’est : Que diront-ils ? Qui? Qui sont ceux qui nous jugent ? A New York ou à Londres, si vous sortez avec un chapeau jaune d’un demi-mètre de hauteur ce ne sera probablement pas rare pour une grande partie des citoyens qui le verra, si cela se passe dans un village Espagnol ou Mexicain il y a une grande possibilité que ce soit un sujet de conversation très élevée au cours de la semaine prochaine, qui comprend également une dissection de votre personnalité et peut-être même de votre famille.

Avec cet exemple, ce que je veux dire c’est que le chapeau est le même, la différence c’est qui l’observe. Mais il est également important que nous sachions qui forme ce tribunal pour juger notre vie. Parce qu’il arrive souvent que les membres de ce jury-fantôme soient généralement toujours très traditionnels et très enracinés dans les coutumes les plus fermées.

Une lutte interne

Moi aussi j’ai du me battre avec le « qu’est-ce que les autres diront ? » et je reconnais que ce n’est pas facile avec les personnes les plus attachées aux coutumes, habituellement basiques, même si elles ont une profession qualifiée, elle ont tendance à avoir une attitude de fierté contre les dissidents dans les deux domaines. c’est comme si dans un écosystème une pierre montrait son arrogance à un aigle parce qu’elle ne se déplace jamais du site et que l’aigle le fait.

Eh bien, imaginez cela en vous, imaginez que pour les idées, les comportements, les désirs, les émotions, ou les actions vous considérez que vous avez des éléments propres et particuliers qui vous rendent curieux devant les autres, pour les pierres, cela vous inquiète parce que votre imagination pensent que les pierres vont vous critiquer ou qu’elles vont vous juger négativement. D’abord, il est plus probable que ce soit seulement dans votre imagination, mais si elles le faisaient vraiment, pourquoi leur donner tant d’importance ? Pourquoi leur accorder tant de puissance? Pourquoi les mettre au-dessus de vos critères ?

Je comprends que cela représente une lutte interne, mais dans l’évolution de l’humanité ce qui nous a permis d’avancer ce sont les nouveaux comportements, les nouvelles actions générées par les individus et les groupes qui ont décidé de ne pas suivre ce qui a été fait jusqu’à présent. La science, l’art, la politique et le sport ont évolué grâce aux gens qui ont été en mesure de se surmonter et de surmonter ce qui a été établi.

Si vous n’êtes toujours pas convaincu, je vais vous donner plus d’information

les psychologues savent que, dans un monde de normalité se cachent des vies secrètes qui, ne sont pas nécessairement négatives, mais répondent à des désirs, des sentiments et des besoins des personnes et qui ne peuvent pas être exprimés directement, il y a une ombre latente sous la couche des normes que nous voyons tous.

Ces vies secrètes cachent des éléments sombres, mais aussi quelques-uns très lumineux qui sont les plus significatifs et pertinents. Le traditionalisme et les habitudes les plus endémiques sont souvent les plus secrets, par conséquent, ils peuvent continuer à se vanter à ce qui est le plus visible dans ses contradictions.
Probablement dans le future, pas trop lointain, la vie sera plus ressemblante à la réalité et non pas seulement une partie de celle-ci.

Par peur du “qu’est-ce que les autres diront » cela implique par exemple d’oser vivre sa propre vie, qui que vous soyez, vous êtes comme vous êtes, vous pensez ce que vous pensez, mais il y a une deuxième partie c’est que si vous vivez cette vie pour la réaction au traditionalisme conservateur vous êtes toujours enchaîné à cela comme celui qui est incapable de le dépasser.

La vie doit être vécue pour soi-même, en trouvant le sens propre de l’existence, la liberté individuelle, le respect et la solidarité avec les autres.

Damián Ruiz
Psychologue (COPC)
Analyste Jungien (IAAP)
Barcelone