Psychologue et analyste jungien à Barcelone et en ligne.

3 juin, 2021

Liza Minnelli et le fromage

Au cours de l’été 2016, Liza Minnelli, la chanteuse et actrice américaine, a donné un concert au festival Cap Roig qui se tient chaque année à Calella de Palafrugell, l’un des plus beaux villages de la Costa Brava.

J’ai toujours été un admirateur, et quelque peu mythomane, de ces figures stellaires du show-business, surtout américain, -mais pas seulement-, je n’ai pas hésité à acheter des billets pour le concert, et nous étions là, ma femme et moi, pas dans les premiers rangs car ces événements sont faits, principalement, pour la bourgeoisie catalane qui habite ces lieux pendant la saison estivale, et les prix sont assez prohibitifs.

Une bourgeoisie qui, comme nous le savons tous, vit dans des conditions précaires en raison des subventions andalouses et des autoroutes sans péage dont disposent les habitants de Castille-La Manche, entre autres griefs.

Normalement, dans ce genre d’événements, presque tout le monde se connaît, mais il y a toujours quelques étrangers, comme nous l’étions, qui se pressent dans les jardins au moment du cocktail avant le début du spectacle. – Nous, les gens de la classe moyenne, sommes tout à fait identifiables, et je suis convaincu qu’il suffit d’un regard d’une fraction de seconde pour savoir que nous ne sommes pas des leurs.

Mais nous n’étions pas seuls ce jour-là, bien sûr. Il y avait un personnage à l’allure un peu contractée, longue barbe, lunettes d’entomologiste, bermuda, bottes et chaussettes de cow-boy. Je pense que si un jour Minnelli se retrouve dans un auditorium rempli de gens comme ça, elle laisse la chanson.

Il était avec une fille, légèrement séduisante, qui l’écoutait attentivement avec un air de « celui-là a payé mon billet, supportons-le le temps qu’il faudra » et, à un moment, en passant près des deux, je l’ai entendu parler de fromage, exactement de différentes variétés de fromage. Je suppose qu’il a estimé que le contexte et l’atmosphère exigeaient une telle conversation et qu’il n’y avait pas de meilleur acte de séduction que de faire saliver sa compagne.

Mais j’ai senti quelque chose, et j’ai dit à ma femme, « nous allons l’avoir à côté ».

En effet, lorsque nous nous sommes préparés à prendre place, nous avons vu que ledit personnage et la jeune fille s’approchaient et s’asseyaient exactement l’un à côté de l’autre. J’ai respiré profondément parce que lorsque je vais à un spectacle de ces caractéristiques, je le vis comme s’il s’agissait de la cérémonie d’intronisation d’un monarque et que j’étais le surveillant, et je craignais que le personnage ne cesse d’influencer son discours.

C’est ainsi qu’est entrée Minnelli, qui a le même sens du rythme sur scène qu’un vendeur de soda dans un cinéma des années 50, c’est-à-dire que je ne savais pas si c’était elle ou quelqu’un du service d’entretien qui se précipitait pour prendre quelque chose.

– Combien la maîtrise du temps est importante pour un interprète ! Il y a ceux qui, par leurs silences, font que tout le public se lève et applaudit avec ferveur. Pour les personnes d’âge mûr qui ont vu Raphaël en concert, elles savent qu’il pouvait chanter intoné et faire éclater le public dans une sorte de délire collectif-.

Et puis vint le moment stellaire, les premières notes de « New York, New York », cette chanson a été composée par John Kander et Fred Ebb en 1977 pour le film du même titre réalisé par Martin Scorsese et interprétée par la chanteuse elle-même. Cette chanson est pour les libéraux d’un certain âge, comparable à l’Internationale pour les communistes. Les cinq premières secondes génèrent généralement un buzz dans lequel, pendant un bref instant, nous avons le sentiment d’être maîtres de notre destin et de pouvoir réaliser nos rêves, puis nous revenons à la réalité, mais personne ne peut nous enlever cela.

Qu’a fait M. Fromage? Il a élevé la voix parce qu’avec tant d’applaudissements, la jeune fille aurait pu manquer les vins avec lesquels les cabrales sont associés, quelque chose de fondamental pour son avenir.

Je n’en pouvais plus et je lui ai dit, en catalan, d’un ton ferme : « Veux-tu bien arrêter de parler de fromages ! À ce moment-là, il s’est tu et je pense qu’il a réalisé qu’il était à un concert et que la femme qui l’accompagnait était sur le point de se jeter dans les escaliers.

Ce n’est pas tant que ça m’ait dérangé, ça aussi, les méchants me donnent de l’urticaire, mais ça m’a laissé songeur. De temps en temps le sujet me vient à l’esprit et je suis surpris par sa décontextualisation, vous payez un billet, pas bon marché du tout, vous emmenez une fille que vous aimez soi-disant, vous êtes devant un concert d’un certain niveau et vous n’arrêtez pas de parler… de fromage ?

Il est vrai que dans ce monde, nous avons tous notre place, ceci est un exemple, mais la vérité est que selon ce que nous pensons, ce à quoi nous aspirons, ce qui nous excite, nous inspire, nous rend heureux ou nous motive, nous observons un niveau d’évolution ou un autre.

J’insiste sur ma théorie, de plus en plus contrastée par l’expérience de vie, des différents niveaux d’âme (de conscience de manière plus prosaïque) qui coexistent sur la planète, indépendamment de la condition d’origine de la personne et de l’éducation qu’elle a pu recevoir.

La mesquinerie est à l’opposé de la noblesse, et tandis que certains s’enfoncent dans la petitesse, en vivant dans des circonstances qui leur permettraient d’avoir une vision plus large, et même d’en faire un mode de vie, d’autres transcendent les limites de l’habituel pour s’approcher d’une existence plus pleine, moins conditionnée, plus libre et plus authentique.

J’espère, au moins, que la « Béatrice « * désirée par notre expert n’était pas intolérante au lactose.

 

* Personnage de la Divine Comédie de Dante
Comparte

Voulez-vous recevoir les derniers articles dans votre courrier électronique ?

Si vous souhaitez recevoir mes articles dans votre boîte de réception, inscrivez-vous à la newsletter et nous vous en informerons directement.