Psychologue et analyste jungien à Barcelone et en ligne.

31 juillet, 2021

La science, la psychologie et le concept de l’être humain

Paul Fayerabend, qui a notamment été professeur à l’université de Harvard, a déclaré que « de toutes les façons de penser que l’homme a développées, la science est l’une d’entre elles, mais pas nécessairement la meilleure ».
Il ne remet pas en cause le rôle de la connaissance scientifique dans le progrès de la société, mais plutôt la possibilité de la critiquer, voire de ne pas nécessairement s’y soumettre en toutes occasions.
Dans le cas de la pandémie de Covid-19, par exemple, la question de savoir si c’étaient les scientifiques ou les politiques qui devaient prendre les décisions sur ce qu’il fallait faire ou ne pas faire a suscité de nombreuses controverses.
La réalité est que les deux, au niveau international, ont différé à bien des égards, en fonction de critères empiriques et de la nécessité sociale.

Louis Pasteur, le célèbre scientifique français, a déclaré sur son lit de mort : « Bernard avait raison, le germe n’est rien, le sol est tout ». En référence à Claude Bernard, un scientifique qui, comme lui, avait postulé qu’un état organique correct de la personne était plus important que le pathogène externe lui-même. –

Si l’on transpose à notre époque, il faut se demander si, en plus de la nécessaire vaccination de la population, les enfermements et les restrictions sévères n’ont pas été contre-productifs, en générant des états nerveux et immunologiques altérés et en créant des organismes sans défense contre le virus ? –

Qu’est-ce que je veux dire par là ?
Que la science a, même sur un seul sujet, une diversité d’opinions, et que dans de nombreux cas l’unanimité est loin d’être atteinte.

Les connaissances scientifiques sont essentielles au progrès de la société sous tous ses aspects, mais elles peuvent aussi être manipulées.

Si une société de tabac investissait des millions de dollars ou d’euros dans la réalisation d’études statistiques visant à trouver des facteurs positifs pour la santé liés à la consommation de tabac, elle les trouverait certainement, et un résultat rigoureux pourrait être publié, ignorant les aspects négatifs, qui sont nombreux, et ne mettant en évidence que les variables positives.

Depuis l’origine de la psychologie, il existe différentes écoles de pensée sur la psyché humaine, les émotions et le comportement. Toute personne qui en est familière sait qu’il existe de multiples ramifications dans la seule psychanalyse, ainsi que dans le cognitivisme, la théorie systémique, la bioénergétique, etc.
Chacune de ces lignes psychologiques a une certaine vision de l’être humain, depuis la croyance en un inconscient qui emmagasine les expériences et conditionne la vie actuelle de la personne jusqu’à une vision simplement réactive du comportement humain, indépendamment de ce qu’a été son parcours de vie.

Imaginez maintenant, comme cela se passe dans la réalité, que nous choisissions un seul de ces courants et en fassions « le vrai », que nous investissions de l’argent dans des études expérimentales, que nous l’officialisions dans les universités et les hôpitaux, et que petit à petit nous rejetons tous les autres, en les marginalisant, jusqu’à les discréditer.

Imaginez que cela se passe avec un parti politique, qu’un seul soit élu et que son idéologie devienne « la seule valable ».

Pourquoi est-ce que je fais cette comparaison ?
Car en choisissant comme officiel un seul de ces courants psychologiques, on ne parie pas seulement sur un modèle thérapeutique, mais sur un modèle d’être humain, promouvant une vision unique de la raison de la souffrance psychique et de la manière de tenter de la résoudre.

Ma position personnelle, fondée sur la modération, est critique à l’égard de la dérive vers laquelle se dirige la société occidentale actuelle, une dérive sur laquelle il n’est tout simplement pas possible d’avoir une opinion, étant donné que les gouvernements imposent des critères stricts sur ce qu’il est correct de dire (et de penser) et ce qui ne l’est pas.

Par conséquent, si nous voulons avoir une société diverse et plurielle, également en ce qui concerne ce qui correspond à la psyché humaine, il serait juste d’étendre le modèle scientifique en psychologie aux différentes variantes théoriques et pratiques qui existent et non pas à une seule d’entre elles, comme c’est le cas aujourd’hui.
Le financement de ces études provient principalement de l’argent public, et il est très facile de marginaliser toute théorie qui ne correspond pas à la vision unilatérale, relativiste et postmoderne qui prévaut aujourd’hui.

Tout au long de l’histoire, le développement des connaissances a impliqué des théoriciens et des chercheurs, se renvoyant la balle, pour finalement accepter ou rejeter l’un ou l’autre postulat sur la base de résultats empiriques.

Mais aujourd’hui, il ne suffit plus de penser logiquement et rationnellement ; nous devons le faire selon la « nouvelle vérité », qui est beaucoup plus liée à l’ingénierie sociale qu’à l’essence de ce qu’est et a été l’être humain. L’essence, qui pour moi, est invariable quelle que soit l’époque, la culture ou la mode du moment.

La pensée logique et rationnelle appliquée à la psychologie permet encore de découvrir différentes théories et méthodes pour aborder la connaissance de la psyché humaine, et donc d’aider les personnes qui souffrent de différents troubles à les surmonter. Et bien sûr, il faut vérifier scientifiquement tout cela, mais sans écarter, a priori, des hypothèses qui peuvent parfois être très proches de la vérité.

Damián Ruiz
Psychologue et analyste jungien
www.damianruiz.eu
Barcelone, 30 juillet 2021

Comparte

Voulez-vous recevoir les derniers articles dans votre courrier électronique ?

Si vous souhaitez recevoir mes articles dans votre boîte de réception, inscrivez-vous à la newsletter et nous vous en informerons directement.