Psychologue et analyste jungien à Barcelone et en ligne.

25 mai, 2022

Tom Cruise, la résilience et la norme

Tom Cruise est l’un des derniers acteurs, stars d’Hollywood, qui abordent le cinéma comme un spectacle. Ses films peuvent être plus ou moins commerciaux, Top Gun, Collateral, Mission Impossible 1, 2,… mais il y a une chose qui est toujours garantie : il vous y immerge totalement et la qualité, au minimum, est remarquable.

Cela dit, je ne pense pas qu’il y ait un acteur qui ait été plus attaqué par les médias, par les réseaux sociaux, ils ont fait des biographies dévastatrices sur lui. En bref, ce qui est mis en cause, c’est son orientation sexuelle, pointant du doigt une possible et claire homosexualité, son appartenance à la Scientologie, pour certains une religion parmi les nombreuses qui existent aux USA, pour d’autres une secte dangereuse, d’éventuels contrats de mariage avec des actrices secondaires qui ont fini par devenir célèbres, son mauvais caractère, maniaque et tyrannique sur le plateau en raison d’un désir de perfectionnisme et d’exigences, et ainsi de suite.
Et tout cela est probablement vrai. Ou pas, mais les rapports abondent dans ce sens.

Le fait est que Tom Cruise, au-delà de ce qui peut l’affecter personnellement, pour lequel il a dû s’entraîner considérablement, c’est-à-dire s’aguerrir dans ces combats, ne l’a pas éloigné d’un iota de son objectif.
Plus que quiconque, il représente la résilience, cette capacité à tirer parti et à apprendre des circonstances négatives et à rester ferme face à tout ce que l’on dit de lui, que ce soit vrai ou non.

Parce que quelqu’un croit-il qu’il pourrait être l’acteur qu’il est, avec cette projection internationale, si tout cela était vrai et qu’il le disait ouvertement ? Ou que se passerait-il si cela arrivait à un célèbre joueur de football ?
Quel est le jeu du chat et de la souris ? Le détruire publiquement à la satisfaction de qui ?
De ceux qui détestent sa ténacité, sa persévérance, sa force, son ambition, sa créativité, sa détermination, son courage, etc. Il ne vit pas dans un mensonge ; s’il en a créé un, c’est exclusivement un paravent pour protéger ce qu’il a décidé de devenir : l’un des grands artistes du cinéma, dans son sens le plus classique.

Si vous parcourez les biographies, j’insiste toujours sur le sujet, vous vous rendrez compte que la plupart des personnes, hommes et femmes, qui ont accompli ou produit des actes ou des œuvres significatifs au cours de l’histoire sortent du lot :
couple-maison-enfants-jardin-chien-piscine-barbecue-télévision jeu.

Ils ont tendance à avoir des vies complexes, des sexualités complexes, des contradictions, des conflits internes, de l’arbitraire, des amants, des doutes existentiels, la richesse ou la pauvreté, l’addiction bizarre, l’engouement compulsif, et ainsi de suite.
Et ce, parce que si vous êtes déjà bien avec tout ce qui vous entoure, pourquoi allez-vous commencer à sculpter le David, à peindre Le Jardin des délices ou à composer L’Anneau des Nibelungs ?
Vous restez à la maison avec votre partenaire, vous mangez ce que vous pouvez, vous travaillez ce qu’on vous a donné, vous faites l’amour quand vous le pouvez, et vous riez ou vous amusez avec vos amis.

Mais tant qu’il y aura une certaine agitation émotionnelle, des besoins créatifs, des aspirations personnelles, etc. et que vous n’êtes pas nés pour être des mystiques, il y aura ceux qui se créeront un personnage à la convenance de tous avec l’intention de se masquer, comme la meute susmentionnée, et poursuivront ce qui les intéresse vraiment.

Nous devrions nous demander, chacun d’entre nous, si nous apprenons mieux de ceux qui évoluent dans la routine la plus absolue et la plus prévisible ou de ces personnes courageuses et résistantes qui, même si elles nous trompent pour notre tranquillité d’esprit, ont le courage d’être et de faire ce qu’elles ont entrepris.

J’ai toujours aimé Tom Cruise, il est complexe mais brillant, et une certaine lumière se dégage de lui lorsqu’il apparaît à l’écran, et bien plus que tous ces acteurs consciencieux qui font des gestes de solidarité et prononcent des discours de manière pédagogique et insupportable pour ensuite se rendre à une fête quelconque pour sniffer une substance ou une autre, chose dont je suis sûr, étant donné son type de personnalité, que Cruise ne fait pas.

Ceux d’entre nous qui ne sont pas aussi complexes et qui ont des vies plus simples, mais pas nécessairement ennuyeuses, devraient faire preuve d’un peu plus d’humilité lorsqu’ils jugent les autres, car ces autres, en plus de faire ce qu’ils font pour notre plaisir, doivent devenir des personnes d’une apparente formalité pour ne pas ébranler nos schémas.

Et que dire, je préfère avoir un Churchill, fumeur de cigares, dépressif, buveur de champagne, glouton et contradictoire plutôt qu’un végétarien, amoureux des chiens et méticuleux diététicien comme Hitler.

Méfiez-vous des personnes très droites et normatives, sous le tapis elles peuvent cacher des cadavres.

***

Et cela pourrait être la fin de cet article, mais donnons-lui une autre tournure.

Apparemment, nous aimons croire les choses ainsi, mais il s’avère que, lorsque nous rencontrons quelqu’un, que ce soit personnellement ou à travers ses apparitions au cinéma, à la télévision ou dans les médias, nous commençons à en savoir plus sur lui que les données objectives dont nous disposons, ou même sur la « personne » (le masque en termes jungiens) qui nous est présentée.
Et ces données que notre psyché capte, par le biais du langage corporel, de l’intuition ou de l’observation inconsciente, nous offrent une réalité plus complète que celle que nous donne la raison.
Et c’est sur cette base que nous ressentons de la sympathie, de l’indifférence ou de l’antipathie pour quelqu’un.
Si nous sympathisons, c’est parce que nous avons de l’empathie, parce que nous nous connectons à un certain aspect, même si nous ne le partageons pas nécessairement.
L’antipathie est due au fait qu’elle représente quelque chose qui, pour une raison ou une autre, nous provoque un rejet, soit parce qu’elle est en nous sous une forme latente et que nous l’évitons, soit parce que ce que nous détectons est lié à une circonstance que nous avons vécue ou à une personne qui nous était désagréable.

Si nous voulons en savoir plus sur qui nous sommes, regardons ces personnalités publiques que nous n’aimons pas, essayons de savoir pourquoi et nous trouverons des réponses très intéressantes sur nous-mêmes.

Damián Ruiz
Perpignan, 24 mai, 2022
www.damianruiz.eu

Comparte

Voulez-vous recevoir les derniers articles dans votre courrier électronique ?

Si vous souhaitez recevoir mes articles dans votre boîte de réception, inscrivez-vous à la newsletter et nous vous en informerons directement.